Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


« Je n’ai pas brûlé ma carte du Parti » : Poutine raconte Lénine

Publié par Lrblancetlenoir sur 26 Janvier 2016, 17:58pm

Catégories : #RUSSIE

Le Mausolée de Lénine sur la place Rouge.
Le Mausolée de Lénine sur la place Rouge.

En 2014, 61% des Russes estimaient que Lénine devrait être sorti du Mausolée sur la place Rouge et inhumé, selon un sondage de la Fondation de l’opinion publique. Vladimir Poutine, qui s’est entretenu le 24 janvier, à Stavropol, avec les membres du Front populaire panrusse, regroupement d’associations et représentants de la société civile, s’est longuement exprimé sur la question et, plus généralement, sur son rapport au passé soviétique. Discours direct.

Je pense que cette question de savoir s’il faut ou non inhumer Lénine doit être traitée avec la plus grande précaution, qu’il ne faut rien entreprendre qui pourrait diviser la société russe. Il est nécessaire, au contraire, de la rassembler – c’est là le plus important. (…)

Comme 20 millions de mes concitoyens soviétiques, j’étais membre du Parti communiste d’URSS, et j’ai travaillé près de 20 ans au sein de l’organisation qui s’appelait à l’époque Comité pour la sécurité de l’État d’URSS (KGB).

Le KGB était l’héritier de la Tchéka, que l’on surnommait aussi le bras armé du Parti. Je ne peux pas dire que j’ai été un communiste idéologique, fortement engagé, mais je considérais tout de même ces idées avec beaucoup de sérieux.

Je tiens à préciser que je n’étais pas un fonctionnaire, mais un membre ordinaire du Parti. À la différence de beaucoup de ceux qui étaient à l’époque fonctionnaires, je n’ai pas jeté ma carte du Parti au moment de l’effondrement de l’Union, je ne l’ai pas brûlée. Je ne veux aujourd’hui faire le procès de personne, les motifs des gens étaient divers, c’est l’affaire de chacun de savoir comment il fallait se conduire. (…)

J’appréciais énormément et j’apprécie toujours aujourd’hui les idées communistes et socialistes. Vous savez, Le Code du bâtisseur du communisme, qui était imprimé à très large tirage en Union soviétique, rappelle fortement la Bible. Ce n’est pas une plaisanterie, c’est vraiment une sorte d’extrait de la Bible.

Les idées sont belles : égalité, fraternité, bonheur ; mais l’incarnation pratique de ces remarquables idées dans notre pays s’est avérée à mille lieues de ce qu’avaient formulé les socialistes utopistes Saint-Simon et Owen. Notre pays ne ressemblait pas à la « Cité du Soleil ».

Tout le monde accusait le régime tsariste de répressions. Mais quel a été le socle du devenir de l’Union soviétique ? Des répressions massives. Prenez l’exemple le plus criant : la fusillade de toute la famille impériale, enfants y compris. Certes, il pouvait y avoir des considérations idéologiques au sujet de l’éradication de tous les descendants. Mais pourquoi avoir tué le docteur Botkine ? Pourquoi avoir tué les domestiques : des gens d’origine prolétaire ? Au nom de quoi ? Afin de cacher un crime, en réalité.

Comprenez bien, nous n’avons jamais réfléchi à tout cela auparavant. Les premiers bolchéviques combattaient des individus qui les affrontaient les armes à la main, c’est entendu, mais pourquoi ont-ils exterminé des prêtres ? 3 000 prêtres ont été fusillés seulement en 1918, et 10 000 en dix ans. Ils les jetaient par centaines dans le Don, sous la glace. On juge les choses différemment dès que l’on commence de réfléchir à tout cela.

Lénine a écrit dans une lettre, à Molotov, il me semble : « Plus nous fusillerons de représentants réactionnaires de la bourgeoisie et de serviteurs du culte, mieux ce sera »… Cette approche ne colle pas tellement avec certaines de nos anciennes représentations sur l’essence même du pouvoir.

On sait aussi quel rôle a joué le parti bolchévique dans la débâcle du front de la Première Guerre mondiale. Nous avons perdu contre le pays perdant : quelques années plus tard, l’Allemagne capitulait, et nous, nous avons perdu contre le perdant – c’est un cas unique dans l’Histoire. Et au nom de quoi ? Au nom d’une lutte pour le pouvoir. Sachant cela aujourd’hui, que devons-nous penser de cette situation, qui a entraîné des pertes colossales pour notre pays ? (…)

À propos d’économie, maintenant. En pratique, pourquoi le pays est-il passé à la NEP ? Parce que même la Prodrazviorstka, la politique de réquisition du surplus, n’avait pas marché – pas été en mesure d’assurer le ravitaillement alimentaire des grosses villes. C’est pour cette raison que nous sommes passés à l’économie de marché, à la NEP, politique qui a ensuite été rapidement abolie.

Ce dont je vous fais part ici, ce sont mes conclusions personnelles. L’économie planifiée a certains avantages, elle offre la possibilité de concentrer les ressources de l’État vers la réalisation de tâches essentielles. C’est ainsi qu’ont été résolues les questions de santé publique, ce qui est un mérite incontestable du Parti communiste de l’époque. Ainsi qu’ont été résolues les questions d’éducation – mérite incontestable du Parti communiste de l’époque. C’est ainsi qu’ont été résolues les questions d’industrialisation, et particulièrement en matière de défense.

Je pense que sans concentration des ressources étatiques, l’Union soviétique n’aurait pas pu se préparer à la guerre contre l’Allemagne nazie. Et grande aurait été l’éventualité d’un échec, avec des conséquences catastrophiques pour notre structure étatique, pour le peuple russe et les autres peuples de l’Union soviétique.

Et donc, il y a, effectivement, d’incontestables avantages. Mais au final, c’est l’incapacité à ressentir les changements, l’incapacité à ressentir les révolutions technologies, les nouvelles pratiques technologiques qui a conduit à la ruine de l’économie.

Et j’en arrive enfin au plus important : la raison pour laquelle j’affirme qu’il faut considérer différemment les idées que Lénine a formulées. (…) Rappelez-vous la discussion entre Lénine et Staline sur la façon dont il fallait construire le nouvel État, l’Union soviétique.

Staline avait formulé l’idée d’une autonomisation de la future Union soviétique. Selon cette conception, tous les autres sujets devaient entrer dans l’URSS sur la base d’une autonomie avec de larges pouvoirs. Mais Lénine a vivement critiqué la position de Staline, affirmant que c’était une idée inopportune, incorrecte. Et lui a avancé l’idée d’une union de tous les futurs sujets de cet État, et ils étaient quatre à l’époque : Russie, Ukraine, Biélorussie et le Sud russe, la fédération du Nord-Caucase.

Lénine était pour que l’Union soviétique se forme sur la base d’une égalité totale avec, pour chacun des sujets, le droit de quitter l’Union. Ce qui était, en réalité, une bombe à retardement, placée sous les fondations de notre État.

Les ethnies de cet État multinational et unitaire [qu’était l’Empire russe, ndlr] se sont retrouvées attachées à des territoires, dont les frontières ont été délimitées de façon arbitraire, loin d’être toujours fondée. Sous quel prétexte a-t-on donné le Donbass à l’Ukraine ? Ils [les bolchéviques] voulaient accroître ainsi le pourcentage de population d’origine prolétaire en Ukraine, afin d’y disposer d’un soutien social important. Une absurdité, en d’autres termes, vous comprenez ? Et ce n’est pas le seul exemple, il y en a beaucoup d’autres.

L’autonomie culturelle, c’est une chose, l’autonomie avec de larges pouvoirs en est une autre, et le droit de sortir d’un État, encore une troisième. Et c’est finalement ce qui a entraîné, à côté de l’inefficacité de l’économie et de la politique sociale, l’effondrement de cet État. C’est ce que j’appelle une bombe à retardement.

http://www.lecourrierderussie.com/2016/01/parti-poutine-raconte-lenine/?utm_source=Le+Courrier+de+Russie+-+Newsletter&utm_campaign=b38f403581-Edition_26_011_26_2016&utm_medium=email&utm_term=0_76a16a0a15-b38f403581-167735925

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents