Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Bruit de bottes à Ankara

Publié par Leblancetlenoir sur 19 Mars 2016, 17:59pm

Catégories : #TURQUIE, #MEDIAS, #Terrorisme

Bruit de bottes à Ankara

En Turquie, les responsables du Parti de la Justice et du Développement (AKP) affirment que le gouvernement de leur pays envisage d'étendre la définition de « crime terroriste » aux publications des médias supposés encourager des actes de violence ou faire leur.

Lundi, le président Recep Tayyip Erdogan a déclaré que les lois antiterroristes qui sont utilisées pour interdire certains journaux et emprisonner des universitaires et des journalistes devraient être élargies. Selon Deutsche Welle, une radio internationale allemande, Erdogan a enfoncé le clou mercredi en annonçant que "la démocratie, la liberté et la primauté du droit n’en avaient plus pour longtemps" après un l’attentat suicide de dimanche qui a coûté la vie à 37 personnes et en a blessé 125.

« The Guardian » :

La police a arrêté 20 suspects, dont des avocats, dans la plus grande ville de Turquie, Istanbul, mercredi au cours d’une opération visant le parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), accusé de l'attentat à Ankara dimanche.

Un tribunal a quant à lui envoyé trois universitaires en prison mardi en attendant leur procès sur des accusations de « propagande terroriste » après avoir lu publiquement une déclaration réitérant un appel à des fins d’opérations militaires dans le sud-est à majorité kurde.

Un expert juridique spécialiste des questions concernant le parti AK a expliqué : « Un homme peut ne pas avoir participé directement à des actes terroristes, mais peut les avoir soutenus idéologiquement. Cela peut ne pas être un crime terroriste achevé, mais un élément de crime terroriste, "

"Il est prévu d'élargir la portée de la loi", a-t-il déclaré à Reuters, ajoutant que le ministère de la Justice avait envisagé cette perspective avant l'attentat d Ankara.

M. Chris Stephenson, un Britannique et professeur à l'Université Bilgi d'Istanbul, a été détenu pendant une nuit cette semaine pour un présumé acte de terrorisme consistant à montrer son soutien à des universitaires devant un tribunal. Après sa libération, M. Stephenson, qui est marié dont l’épouse est turque et qui vit en Turquie depuis 1991, a été escorté à l'aéroport pour être expulsé.

L’opération meurtrière de dimanche était le troisième attentat au cours des trois derniers mois et le deuxième dans la capitale en un mois. Ces attaques sont considérées par beaucoup comme une réaction aux opérations militaires de plus en plus violentes contre le PKK dans le sud-est de la Turquie. Erdogan a déclaré mercredi que certaines des armes confisquées au PKK provenaient des unités de protection du peuple kurde (auxquelles les États-Unis ont fourni un appui aérien dans leur lutte contre l'Etat islamique en Syrie), d’autres proviendraient du Parti Démocratique de l'Union Syrienne, d’autres de Russie ou d'Occident ( y compris les États-Unis).

Erdogan a également averti que « ceux qui soutiennent les personnes qui détruisent directement ou indirectement des vies innocentes ne sont pas différents des terroristes, et que l’on doit immédiatement revoir la définition de la terreur et du terrorisme. Nous devons changer immédiatement le code pénal pour qu’il soit conforme à cette nouvelle définition. " Son appel au changement du code pénal semble destinée à faire pression sur le Parti Populaire Démocratique (HDP), dont les élus constitue une gauche minoritaire pro-kurde.

Radio Deutsche Welle :

Le parlement turc a mis en place un comité dans le but de lever l'immunité de cinq membres du Parlement de la HDP, y compris les chefs de parti Selahattin Demirtas et Figen Yüksekdağ. Cela permettrait de les juger pour leur appel à l'autonomie kurde.

Erdogan a appelé le Parlement à mettre fin rapidement à l'immunité de poursuites pour les législateurs pro-kurdes.

« Je ne les considère plus comme des acteurs politiques légitimes mais comme les membres d'un parti qui est une branche de l'organisation terroriste", a déclaré Erdogan, en répétant que le HDP est un soutien au PKK. »

Les médias turcs ont affirmé que la majorité simple serait suffisante pour dépouiller les députés de leur immunité lors d'un vote au parlement, où le parti « Justice et Développement d'Erdogan (AKP) détient plus de la moitié des sièges.

Un puissant parti politique kurde syrien a déclaré mercredi qu'il envisageait de créer une région fédérale kurde dans le nord de la Syrie, à la frontière de la Turquie. Pour Erdogan , il est exclu de soutenir toute forme d’autonomie kurdedans le pays.

Le HDP a condamné l'attaque de dimanche. Comme pour les attaques antérieures, le gouvernement a interdit des articles de journaux, la diffusion de bulletins d’informations radios ou télévisés ainsi que l'utilisation des médias sociaux après l’attentat.

L'offensive sur les médias et le journalisme vient quelques semaines après la prise de contrôle par le gouvernement des deux plus grands journaux de la Turquie, Cihan et Zaman. The Guardian a indiqué que dans le cas de la saisie Zaman, la police a violemment réprimé la manifestation à l'extérieur des bureaux de journaux avant de pénétrer dans les locaux.

Yavuz Baydar, membre fondateur de la Plate-forme pour le journalisme indépendant, a déclaré à The Guardian : "La saisie de l'agence de presse suivant celle de Zaman est un nouveau clou dans le cercueil du journalisme en Turquie, l’agence estconnue pour surveiller de façon indépendante chaque élection en Turquie. Les effets réels de sa fermeture ne peuvent pas encore être compris, ni par les autorités locales, ni par le public mondial. » Selon M. Baydar, 1 300 journalistes risquent d’être licenciés et 2 000 autres ont déjà été mis à pied depuis les manifestations de Gezi Park, une vague de manifestations et civile qui a commencé le 28 mai 2013.

La Turquie mène actuellement des négociations avec l'Union européenne pour parvenir à un accord sur l'afflux de réfugiés syriens en provenance de Turquie. L'accord, étant négocié par la chancelière allemande Angela Merkel, permettrait de voyager sans visa de la Turquie vers l'Europe faciliter les perspectives d’adhésion de la Turquie à l'UE. La Turquie recevrait une aide financière supplémentaire pour ses quelque 3 millions de réfugiés et « reprendrait » ceux qui sont entrés en Grèce en utilisant des itinéraires « clandestins ». Pour chaque syrien renvoyé, un réfugié serait autorisé à entrer dans un autre pays européen. Le contenu de ces pourparlers n’est pas plus rassurant pour notre avenir que les initiatives d’Erdogan ne le sont pour la population turque.

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/bruit-de-bottes-a-ankara-178985

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents