Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Bolivie: les producteurs de feuilles de coca visés par les Etats-Unis

Publié par Leblancetlenoir sur 29 Mai 2016, 15:16pm

Catégories : #BOLIVIE, #IMPERIALISME AMERICAIN

A La Paz, des femmes productrices de coca mastiquent la feuille sacrée devant l'ambassade des Etats-Unis, le mercredi 12 mars 2014
A La Paz, des femmes productrices de coca mastiquent la feuille sacrée devant l'ambassade des Etats-Unis, le mercredi 12 mars 2014

En Bolivie, une loi anti-drogue récemment approuvée par les Etats-Unis provoque indignation et colère. Il s’agit d’une loi « transnationale » qui, théoriquement, permet aux Etats-Unis de demander l’extradition de paysans producteurs de coca, et non plus seulement de gros narcotrafiquants.

Une loi anti-drogue transnationale, récemment approuvée par les Etats-Unis, fait polémique en Bolivie. Elle renforce les outils judiciaires pour aider le département d’Etat américain à mieux préparer les dossiers d’extraditions des grands barons latino-américains de la cocaïne. Mais la principale nouveauté de ce texte, c’est qu’il vise aussi ceux qui fabriquent ou distribuent des substances classées comme contrôlées aux Etats-Unis. C’est par exemple le cas des précurseurs chimiques nécessaires à l’élaboration de la cocaïne, mais également de la feuille de coca à l’état naturel.

Une loi vécue comme une ingérence des Etats-Unis en Bolivie

La loi prévoit donc que des paysans producteurs de coca peuvent faire l’objet d’une demande d’extradition si ceux-ci ont « des motifs raisonnables de croire » que leurs feuilles finiront dans de la cocaïne qui sera ensuite importée illégalement sur le territoire américain. En Bolivie, on assiste à une levée de boucliers contre ce texte : « Nous refusons cette mesure », a déclaré Leonilda Zurita, une figure historique du parti MAS, qui est au pouvoir depuis 2006 en Bolivie, et également productrice de coca, « Ils ne sont pas les maîtres du monde et nous allons nous défendre », a-t-elle ajouté.

C’est ensuite le président bolivien Evo Morales, lui-même toujours dirigeant syndical des producteurs de coca de la région du Chaparé, qui a réagi sur son compte Twitter : « La Bolivie n'est plus une colonie yankee. La feuille de coca représente la dignité et la souveraineté de nos peuples millénaires. » Enfin, le vice-ministre de la coca, Gumercindo Pucho, a annoncé que le gouvernement envisageait de porter l’affaire devant les Nations unies.

La consommation traditionnelle de feuille de coca autorisée en Bolivie

La Bolivie, troisième producteur mondial de cocaïne, a le droit de cultiver une quantité limitée de feuilles de coca destinée à un usage traditionnel. Cette loi est donc interprétée comme une volonté d’ingérence de Washington en Amérique du sud. Effectivement, et surtout dans les pays comme la Bolivie où l’influence des Etats-Unis a énormément baissé depuis une dizaine d’années.

Virulent critique de Washington, Evo Morales avait même en 2008 expulsé de Bolivie l’ambassadeur des Etats-Unis ainsi que la DEA, l’agence anti-drogue américaine, qu’il accusait de conspirer contre son gouvernement. Depuis, La Paz s’est diplomatiquement rapprochée de pays comme la Russie, l’Iran ou encore la Chine, et plusieurs tentatives de normalisation des relations avec Washington sont restées vaines. Le gouvernement d’Evo Morales craint donc que cette loi ne soit qu’un prétexte pour pouvoir s’immiscer plus facilement dans les affaires internes de la Bolivie.

http://www.rfi.fr/ameriques/20160526-bolivie-producteurs-coca-tradition-lutte-anti-drogue

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents