Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Moi président... et moi et moi et moi... et pourquoi pas moi

Publié par Leblancetlenoir sur 16 Mai 2016, 21:29pm

Catégories : #POLITIQUE FRANCE, #Humeur

Moi président... et moi et moi et moi... et pourquoi pas moi

Jean-Philippe Houdinet, Général de corps d'armée (2S)

L’élection présidentielle de 2017 est en passe de détenir le record de candidatures de la cinquième République si ce n’est de toutes les républiques. De l’extrême gauche à l’extrême droite en passant par la droite, la gauche, le centre, les écologistes et les indépendants de toute trempe, le nombre de déclarations s’envole, des plus sérieuses aux plus farfelues et incongrues voire inquiétantes. Ce sera l’arc en ciel du rouge sang au bleu royal. Après celui du mariage pour tous voilà la présidentielle pour tous.
A force de voir tout le monde et n’importe qui se présenter au vingt heures pour annoncer l’air grave et compassé que face à la situation catastrophique de la France, il ou elle fait don de sa personne à la France, je me suis dit, qu’après tout, pourquoi pas moi ? Je suis à peu près sûr d’avoir deux voix, la mienne et celle de maman qui a toujours pensé que j’avais de l’avenir. Donc, j’annonce officiellement aujourd’hui ma candidature à l’élection présidentielle de 2017 et que je pars à la chasse aux cinq cent signatures en espérant obtenir au moins celle de mon maire préféré. Moi aussi, je veux faire partie de la cohorte des sauveurs potentiels du pays. Je suis déjà en train d’établir ma liste de promesses et de demandes au père Noël…Bien évidemment, ma candidature est totalement désintéressée et je ne m’inscrirai dans aucune primaire puisqu’on l’a déjà faite à la maison et qu’ils sont d’accords avec moi. De plus, puisqu’un général deux étoiles est déjà candidat et que j’en ai quatre, pourquoi pas moi ?
Au-delà de la blague amère, cette avalanche de candidatures en dit long sur l’état de délabrement de notre société et du monde politique. Le président actuel avec sa candidature normale, sa présidence normale et ses résultats anormaux, a ouvert la porte de Pandore à toutes les ambitions. Vu ses échecs cumulés, sa pratique erratique de la fonction, son inexpérience gouvernementale, sa politique au fil de l’eau et au gré du vent, sa popularité au plus bas, on peut logiquement être un nombre certain à se dire qu’on ne ferait finalement pas pire et qu’après tout avec quelques valeurs républicaines et patriotiques affirmées et des décisions simplement frappées au coin du bon sens, on pourrait largement s’en sortir. Le précédent président avait « peopolisé » la fonction et avait réussi à désacraliser la fonction de président de la république qui plus est en s’attirant un rejet viscéral de l’opinion publique. Celui-ci l’a encore plus banalisée et dévoyée. Il a réussi en plus d’être en passe de détruire le parti socialiste à faire de la fonction présidentielle un job « normal » à la portée de quiconque. La preuve que non, on voit bien avec lui ce que cela donne lorsqu’arrive à cette fonction suprême une personne sans expérience ministérielle ni une stature d’homme d’état mais seulement les arcanes d’un parti et le savoir-faire louvoyant des motions de synthèse.
Ce trop-plein de candidats de tous âges, de tous horizons…traduit également un fonctionnement démocratique et des appareils de parti en crise profonde. Cela veut dire que personne n’a l’aura et le charisme suffisant pour sortir totalement du lot et représenter sa famille politique dans une candidature unique, tout au moins décidée par les militants dudit parti sans faire appel à des primaires élargies dans lesquelles n’importe qui peut voter. Cela traduit un rejet des partis « institutionnels » enfermés dans un mode de fonctionnement interne archaïque et des déchirements internes dramatiques. Il existe même un parti qui veut désigner ses candidats aux différentes élections par tirage au sort. Ceci dit, vu qu’en 2012, on a tiré le gros lot… Tout cela est inquiétant pour l’avenir et les français sont déboussolés et perdus face à cette multitude de partis, mouvements, sous partis, sensibilités qui essaient chacun d’attirer le chaland en promettant tous monts et merveilles. Le problème est que la défiance vis-à-vis de « l’homo-politicus » est en croissance exponentielle. Le fait même politique est en déshérence. Personne ne croit plus en rien ni en personne. Ces quatre dernières années s’ajoutant aux précédents qui ont préparées le terrain laissent les français dans un état de « ras le bol » et en même temps de résignation alarmant. En effet, c’est toujours dans ces situations de vide politique comme de personnalité crédible que se lève un tribun poujadiste qui emporte les foules par dépit plus que par réelle passion mais les dégâts à l’arrivée sont les mêmes.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents