Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


L'autre tiers-mondisme

Publié par Leblancetlenoir sur 12 Juillet 2016, 20:03pm

Catégories : #Bonnes feuilles, #HISTOIRE, #IDEES

L'autre tiers-mondisme

L'expression "tiers-monde" apparaît pour la première fois en 1952 sous la plume de l'économiste et démographe Alfred Sauvy. Pour faire "court" disons que l'inspiration de ce tiers-mondisme est de gauche à tel point qu'il ne viendrait pas à l'esprit de ses partisans d'évoquer un "tiers-mondisme de gauche", l'expression serait jugée redondante.

Cependant, il existe un autre tiers-mondisme. C'est ce qu'entend montrer Philippe Baillet en évoquant, dans un premier temps, par opposition, un tiers-mondisme de droite pour finalement opter pour un autre tiers-mondisme. Ses origines sont bien antérieures à 1952, P. Baillet les faisant remonter au lendemain de la 1ère Guerre Mondiale.

Cet autre tiers-mondisme prône lui-aussi un non-alignement sur l'un ou l'autre des deux blocs constitués à l'issue des Accords de Yalta.

L'abandon de l'étiquette "de droite", nous explique Philippe Baillet, tient au fait que bon nombre des personnalités étudiées ont peu à voir avec la droite, certains d'entre eux ayant pour ambition de dépasser le traditionnel clivage droite-gauche.

Il suffit, pour s'en convaincre, d'énoncer quelques uns des personnages étudiés : les frères Strasser (Otto et Grégor), Friedrich Hielscher (1902-1990) Johann von Leers (1902-1965), représentant de l'aile gauche de la NDSAP mais également le traditionaliste René Guénon, le fasciste Maurice Bardèche, le partisan de l'Europe unitaire et communautaire Jean Thiriart, un de ses anciens disciples du temps de Giovane Europa, Claudio Mutti et enfin plus près de nous, Alain Soral et consorts, Guillaume Faye. La liste, loin d'être exhaustive, montre l'extrême diversité de ces figures du tiers-mondisme, qu'il s'agisse de leurs origines, de leurs parcours, de leurs réactions aux événements politiques, entre ceux qui se convertiront à l'Islam (von Leers, René Guénon, Claudio Mutti) ou auront une sympathie très marquée (Maurice Bardèche), ou auront des positions contrastées par rapport à la décolonisation, entre les partisans en faveur de l'Algérie française (Jean Thiriart) ou ceux qui, à l'instar de von Leers, prendront parti pour le FLN.

Philippe Baillet évoque encore le philo-islamisme radical des "simples" avec quelques personnages sulfureux : Carlos, Soral (figure assurément la plus connue de ce que j'ai appelé le philo-islamisme des "simples") et qui, "loin d'incarner la pensée de la misère, il n'illustre que la misère de la pensée", Hervé Ryssen. Si on est bien d'accord avec Ph. Baillet lorsqu'il écrit que " Soral et Ryssen sont à tous points de vue des auteurs "de fin de cycle", et le succès plus ou moins grand qu'ils rencontrent, un "signe des temps" particulièrement inquiétant sur l'état général de la société française", on l'est encore plus lorsqu'il conclut : " Il est inutile de poursuivre ce tour d'horizon sur le philo-islamisme radical en France. Sans doute ne méritait-il pas d'être aussi long." Oui, effectivement, en certaines circonstances, la misère de la pensée ne mérite pas de tels développements.

Guillaume Faye fut un ardent défenseur du tiers-mondisme au temps où il était une des têtes pensantes (sans doute le plus brillant), dans les années 70-80, de ce qu'on a nommé la "nouvelle droite", développe aujourd'hui, auprès des milieux identitaires et au-delà, les thèmes de l'islamophobie en usant et abusant de formules sans se soucier de la véracité de ce qu'il énonce.

Pour Philippe Baillet, "l'autre tiers-mondisme" est donc avant tout une mouvance, bien plus qu'un phénomène très structuré.

Tellement peu structuré que le tiers-mondisme se caractérise par l'absence de leader. Jean Thiriart, dans les années 60, était (ou aurait pu devenir) ce leader. Sa recherche vaine d'alliance avec les pays arabes (Irak, Egypte) a mis fin à la seule vraie tentative d'unification européenne, de l'après guerre, en dehors des blocs. A défaut de leader de ce côté-ci de l'Europe, le seul espoir ne peut venir que de l'Est et plus précisément de la Russie.

Cet autre tiers-mondisme permet de découvrir des auteurs peu connus ou donner envie de les approfondir.

Philippe Baillet, L'autre tiers-mondisme. Des origines à l'islamisme radical, Akribeia, 2016.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents