Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


NICE

Publié par Leblancetlenoir sur 16 Juillet 2016, 17:25pm

Catégories : #ATTENTATS, #POLITIQUE FRANCE, #Société

NICE

Dans son intervention télévisée du 14 juillet, F. Hollande, "content de lui et de son bilan" (sic !) déclare "Je pense que cela va effectivement mieux, et vous l’avez vous-même reconnu. Pourquoi ? Parce que nous avons retrouvé de la croissance." Et le dialogue avec les commis de service se poursuit sur ce registre d'autosatisfaction.

Et enfin, ce passage qui, rétrospectivement, montre, s'il en était besoin, l'incapacité crasse de celui qui a l'outrecuidance de vouloir se représenter à l'élection présidentielle de 2017 : " Qu’est-ce qui a justifié l’état d’urgence, que j’ai pris dans cette maison même, ici à l’Élysée, dans la nuit du 13 au 14 ? Les attentats, 130 morts ! Et la crainte qu’il puisse y avoir des répliques. D’une certaine façon, il y a eu des répliques, que nous avons déjouées ! Et il y a eu ce qui s’est produit aussi à Bruxelles. Cet état d’urgence, j’ai considéré qu’il fallait le prolonger jusqu’au moment où nous puissions être sûrs que la loi pouvait nous donner des moyens nous permettant de prévenir la menace terroriste avec efficacité. J’ai donc, avec le gouvernement et le Parlement, qui d’ailleurs a voté à une très large majorité, presqu'à l’unanimité, une loi qui va nous donner des instruments d’action, qui sont, non pas comparables à l’état d’urgence, mais qui nous donnent des moyens de contrôle administratif de certains individus. Je veux donc dire très clairement aux Français que l’on ne peut pas prolonger l’état d’urgence éternellement ! Cela n’aurait aucun sens ! Cela voudrait dire que nous ne serions plus une République avec un droit qui pourrait s’appliquer en toutes circonstances. L’état d’urgence, cela fait partie des situations exceptionnelles ; là, nous avons une loi qui nous donne les garanties pour l’action contre le terrorisme."

Double aveu :

1/ L'état d'urgence ne servait (ou ne sert) à rien puisqu'il n'empêche pas - et n'empêchera pas - les attentats de se produire, et ceux à venir.

2/ D'ignorance. Personne n'ignorait depuis janvier 2015 que d'autres attentats se produiraient. Personne sauf "Monsieur Tout va bien".

Et cependant, le rapport de la commission d'enquête parlementaire sur les attentats de 2015 rendu public quelques jours plus tôt est très clair. Ainsi, Patrick Calvar, le patron de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI), auditionné en mai à huis clos, se dit « persuadé » que Daech allait « monter en puissance ». Il annonce de futurs attentats mettant en cause « des véhicules piégés ». « Ils vont finir par projeter des commandos dont la mission consistera à organiser des campagnes terroristes sans nécessairement aller à l'assaut avec la mort à la clé. »

« Dès qu'ils auront projeté sur notre territoire des artificiers, explique Patrick Calvar, les terroristes pourront éviter de sacrifier leurs combattants tout en créant le maximum de dégâts. (…) Nous savons très bien qu'ils vont recourir à ces modes opératoires : ils ont bien vu les effets provoqués par une opération massive. »

La seule inconnue était "Où" et "quand" ? Même s'il y avait fort à parier que les attentats à venir ne concerneraient pas que Paris et n'auraient pas lieu selon le même mode opératoire.

Nous le disions déjà et écrivions dès janvier 2015. Un Etat incapable d'assurer la concorde et la sécurité des biens et des personnes est tout sauf un Etat et ceux qui sont à la tête sont bien mal placés pour venir donner des leçons de morale ou pour oser des inepties du style "aucun gouvernement n'a fait autant jusqu'à présent pour lutter contre le terrorisme" (communiqué commun Manuel Valls et Bernard Cazeneuve).

Les prétendants de droite pour 2017, les Sarkozy, Juppé et consorts ne sont pas mieux placés pour dire "qu'ils auraient fait" ..., que « si tous les moyens avaient été pris, le drame n’aurait pas eu lieu ». La triste réalité est que ces incapables ne feront rien parce qu'ils n'ont rien fait ou plus exactement, ils ont tout fait pour préparer le chaos que nous connaissons aujourd'hui. La guerre en Libye, l'assassinat d'un chef d'Etat, la destruction d'un pays avec les conséquences qu'on connaît, c'était bien du temps de Sarkozy/Juppé !

Hollande, l'homme de l'OTAN, n'a fait que poursuivre, en bon petit soldat au service des USA, la sale guerre contre la Syrie dont Assad, son Président légitime a une autre aura et un autre charisme que notre "Frankenstein" de pacotille, lequel persiste et signe quelques heures avant la tuerie de Nice : " Il nous faut faire preuve, à la fois, d’une très grande fermeté par rapport aux actions que nous conduisons en Irak et en Syrie, et j’ai annoncé que nous allions renforcer l’appui que nous apportons aux Irakiens pour la prise de Mossoul. (...) Parce que je considère que nous devons frapper, et frapper fort, au moment où Daech, le groupe de l’Etat islamique, commence à fléchir et à se retirer." Lesdites frappes, à l'instar des attentats de Paris, Nice, et ceux à venir, elles non plus, ne font pas la différence entre combattants, femmes et enfants musulmans.

Enfin, comment ne pas faire le lien avec cette Europe passoire livrée à des vagues migratoires effrénées et totalement incontrôlées, et là aussi la responsabilité des Hollande, Valls and Co qu'ils partagent avec Merkel et consorts est flagrante.

Quant à Estrosi, Président de la Région PACA, ex-Maire de Nice, mais toujours adjoint, il veut voir établies les responsabilités, alors que le ministère de l'intérieur lui aurait assuré «qu'il n'y avait pas de menace particulière sur la ville de Nice». «Tout n'a pas été fait pour garantir la sécurité de nos concitoyens. Les Français doivent savoir pourquoi».

Les Français doivent surtout savoir :

- pourquoi cela est arrivé à Nice, c'est-à-dire dans un lieu hautement symbolique tant la ville, le département sont les relais du sionisme le plus outrancier via les Estrosi, Ciotti et autre Salles.

- Comment cela est arrivé puisque Nice est une des villes les plus surveillées. Comment cet homme a pu accéder à la promenade des Anglais au moment du feu d'artifice alors que la voie est théoriquement fermée à la circulation à ce moment. D'autant plus que selon des informations russes le terroriste avait garé son camion dès le 13 juillet place Loriol à Nice, soit pendant neuf heures avant de le lancer contre la foule.
L'homme qui se trouvait au volant aurait d'ailleurs été interrogé par la police, intriguée par sa présence, mais il leur aurait expliqué qu'il était là pour livrer de la crème glacée.
Autre question : Comment se fait-il que l'application "alerte attentat" n'ait pas fonctionné ? Il avait pourtant fait l'objet d'une large promotion par les autorités françaises. Certaines personnes ont affirmé que la téléphonie mobile ne fonctionnait pas au moment de l'a
ttentat"

Ainsi qu'il est de coutume, nos incapables appellent à l'unité nationale, aux patriotes, demandent que cessent les polémiques. Oui l'UNITE NATIONALE est de rigueur mais CONTRE ce SYSTEME qui a amené notre pays dans l'état de décomposition avancée que nous subissons. UNITE NATIONALE pour que les responsables de la situation RENDENT DES COMPTES.

Leblancetlenoir

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents