Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Sultan va la cruche à l'eau...

Publié par Leblancetlenoir sur 16 Juillet 2016, 21:08pm

Catégories : #TURQUIE, #RUSSIE, #ETATS UNIS

Sultan va la cruche à l'eau...
Sultan va la cruche à l'eau... qu'à la fin elle ne se brise pas.

Le fidèle lecteur du blog ne sera pas surpris par la tentative de coup d'Etat en Turquie, nous en avions prévu l'éventualité fin mars, avant tout le monde. Ainsi, hier soir, une partie de l'armée s'est soulevée, mais une partie seulement. 265 morts plus tard, le putsch a fait pschitt et le pouvoir d'Erdogan en sort renforcé.

Le coup, teinté d'amateurisme, était désorganisé en diable, peu soutenu, à la fois par la population mais aussi par l'armée elle-même, patiemment noyautée par le sultan durant des années : seules la gendarmerie et une partie de la force aérienne ont pris part au soulèvement. La coordination des différents groupes putschistes laissait franchement à désirer - certains bataillons se rendaient déjà tandis que d'autres, au même moment, bombardaient le palais présidentiel.

C'était perdu d'avance... Ce qui explique peut-être la prise de distance assez rapide, à la fois des partis politiques turcs qui ont tous condamné la tentative (y compris le HDP kurde, némésis d'Erdogan) et des leaders des grandes puissances (même si Kerry a paru un instant hésiter). A ce propos, notons que tous, parfois avec réticence, parfois avec vigueur, ont blâmé le putsch - Israël comme Hamas, Russie comme USA, Arabie Saoudite comme Iran... C'est assez rare pour être souligné. Il n'y a guère qu'à Damas que des tirs de joie ont été entendus.

Des scènes assez insoutenables ont eu lieu par la suite : certains soldats ont été lynchés et, encore plus dérangeant, des partisans islamistes d'Erdogan ont décapité des prisonniers au cri d'Allahu Akbar, fait documenté par Les Crises. Ne vous attendez bien sûr pas à en lire un mot dans la presse grand public. Ah ce délicieux "retour aux institutions démocratiques" chanté à Bruxelles...

Et maintenant, qui est derrière ?

Il semble à peu près exclu que Washington ou Moscou aient quelque chose à voir là-dedans. Aux premières heures, quand on ne connaissait pas encore l'étendue de la conspiration, l'on pouvait peut-être se dire que l'un des deux grands pouvait être derrière - voire les deux ensemble ! (Kerry était à ce moment à Moscou avec Poutine et Lavrov) C'était quand même un peu tiré par les cheveux car le timing posait problème : il y a quelques mois, d'accord, mais maintenant... Après le Brexit, Washington n'a sans doute pas envie de voir une autre composante de l'empire, l'OTAN, battre de l'aile. Quant à Moscou, Erdogan venait de s'excuser platement et semblait même avoir diminué son soutien aux djihadistes "modérés", ce que paraît confirmer l'actuelle offensive syrienne près de la frontière turque grâce aux intenses bombardements russes. L'amateurisme de la tentative de putsch finit par nous convaincre que ni Russes ni Américains n'y sont pour quelque chose.

La piste interne alors. Sans doute... Erdogan a mené son pays à l'abîme ces dernières années, l'isolant de presque tous ses voisins, important la guerre civile syrienne sur son propre territoire, fermant médias, emprisonnant pour crime de lèse-majesté. Que le coup ait échoué ne change rien : adulé par les uns, il est franchement détesté par l'autre moitié de la population parmi laquelle se trouve ce qui reste d'officiers kémalistes. L'armée, fidèle ou non, est excédée des divers retournements sultanesques, de son aventurisme djihado-syrien, de ses déroutes stratégiques. Quant à la fameuse piste Gulen, du nom de ce religieux soufi devenu la bête noire du sultan, elle reste à prouver.

Mais il y a encore une dernière possibilité : Erdogan lui-même. Car qui, au final, profite du chaos d'hier ? Lui ! La manip est un jeu d'enfants : un général fidèle au sultan assure les rebelles du soutien de l'armée, les laisse débuter l'opération puis retourne sa veste : les putschistes se retrouvent le bec dans l'eau, sans l'appui escompté. Il semble d'ailleurs que les simples soldats n'aient pas très bien compris dans quoi ils s'engageaient.

Rien de tel en tout cas pour isoler les derniers bastions de l'opposition et purger l'armée de ses poches kémalistes. D'ailleurs, Erdogollum ne l'a-t-il pas déclaré lui-même ? "Ce coup d'Etat est un cadeau de Dieu car il va nous permettre de nettoyer l'armée", CQFD. La chasse aux sorcières a déjà commencé : 2 745 (!) juges ont été démis de leurs fonctions. Le rapport avec le putsch militaire ? Aucun. Pas grave, les Occidentaux resteront silencieux...

Le sultan surfe sur la vague afin de conforter son pouvoir autocratique et toutes les barrières s'abattent devant lui. Hier encore, il était dans une impasse, avait perdu la face vis-à-vis des Russes, ne savait plus quoi dire ni quoi faire en Syrie. Il est aujourd'hui plébiscité par la rue (la minorité agissante en tout cas) et conforté par les messages de soutien (nominal) de toutes les chancelleries. De quoi faire passer, auprès de l'opinion turque, la pilule amère de la réconciliation avec Israël et de l'abandon plus ou moins prévisible de la rébellion syrienne.

Oui, ce putsch était décidément un cadeau de Dieu...

http://www.chroniquesdugrandjeu.com/2016/07/sultan-va-la-cruche-a-l-eau.html?utm_source=_ob_email&utm_medium=_ob_notification&utm_campaign=_ob_pushmail

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents