Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Un monde nouveau

Publié par Leblancetlenoir sur 6 Août 2016, 04:55am

Catégories : #Syrie, #IRAN, #RUSSIE, #CHINE, #HEZBOLLAH, #ISLAM

Un monde nouveau

Le président syrien Bashar Al-Assad a reçu aujourd’hui à Damas, Aladdin Brojerdi, le président de la commission de la sécurité nationale et des affaires étrangères de la haute chambre du parlement de la République islamique d’Iran.

Depuis l’origine de la crise au Levant, il était évident que le ciblage de la Syrie via un changement de régime visait moins le maillon supposé être le plus faible de l’Alliance stratégique non déclarée entre l’Iran, la Syrie et le Hezbollah libanais que l’Iran, objectif prioritaire dont la chute devait paver le chemin vers l’implosion de la Russie et l’encerclement final de la Chine. Ce que Moscou et Pékin ont bien compris depuis le début.

D’où l’intervention de l’Iran sur les plans économique et militaire, tentant tant bien que mal de maintenir un passage à travers l’Irak afin de garder un continuum stratégique s’étendant du plateau iranien jusqu’en mer Méditerranée.

Des centaines de conseillers militaires iraniens et des milliers de volontaires de la force paramilitaire Al-Quds (Jérusalem) accompagnent les unités de l’armée syrienne dans la plupart des opérations militaires majeures menés en Syrie depuis la fin de l’année 2013.

Moscou a envoyé une force aérospatiale et des vaisseaux de la marine en Syrie en soutien à l’alliance. Des Spetsnaz russes opèrent non seulement aux côtés des forces spéciales syriennes et iraniennes mais aussi celles du Hezbollah libanais. Ce mouvement de la résistance libanaise, né dans le sillage de l’invasion israélienne du Liban en 1982, a acquis à travers ses engagements en Syrie et en Irak, une immense expérience tactique et stratégique.

Autre acteur majeur mais en retrait, la Chine. Pékin soutient depuis 2011 l’effort de guerre du gouvernement syrien à travers l’Iran en fournissant les munitions d’artillerie et des composants d’avionique pour les appareils à voilure fixe.

De l’autre côté, les ennemis de la Syrie utilisent a outrance l’islamisme politique radical, à la fois pour abattre le régime syrien et pour générer des clivages solides. Al-Qaida ou Daech ou le Front Ennosra ou encore le nouveau front de la Conquête n’ont jamais été plus que des outils d’ingénierie du chaos à l’usage de l’empire mais celui-ci feint d’en ignorer le prix à payer à jouer avec un facteur aussi destructeur.

Cela fait maintenant plus de 30 ans que les milieux pro-israéliens et les monarques saoudiens utilisent l’islamisme en tant qu’arme de combat pour abattre les États adverses avec en filigrane la diabolisation de l’Islam. Cependant à trop insister sur ce thème, ils ont fini par mettre en place les prémisses d’une série d’éléments susceptibles de promouvoir un scénario tout à fait inattendu d’ici l’horizon 2050: l’islamophobie participe à une sorte de prosélytisme propageant l’Islam au plus grand nombre, certes de manière négative mais on oublie que ce fut de cette façon précise que l’Islam est né et s’est propagé en péninsule Arabique. Il ne sera pas étonnant dès lors de voir l’Islam porté à bout de bras par ce que l’on appelle l’Occident comme il le fut par les bannières mongoles et ottomanes au 15e siècle.

https://strategika51.com/2016/08/05/un-monde-nouveau/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents