Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de Daech, tué par une frappe américaine

Publié par Leblancetlenoir sur 1 Septembre 2016, 09:16am

Catégories : #Syrie, #ETATS UNIS, #RUSSIE, #Etat islamique

Abou Mohammed al-Adnani, porte-parole de Daech, tué par une frappe américaine

L'Etat islamique a annoncé, mardi 30 août, la mort de Mohammed al-Adnani dans la province d'Alep, dans le nord de la Syrie.
"Après un long voyage couronné de sacrifices, cheikh Abou Mohammed al-Adnani a rejoint les martyrs et les héros ayant défendu l'islam et combattu les ennemis de Dieu", a indiqué l'EI dans un message relayé par son agence de propagande Amaq.
Il est "mort dans la province d'Alep en inspectant les opérations militaires", a ajouté Amaq, sans préciser la date, ni les circonstances de sa mort.
Ce chef jihadiste était considéré par les services de renseignement occidentaux comme le "ministre des attentats" des jihadistes. Il s'était illustré en exhortant les partisans de l'EI à passer à l'action dans leur pays d'origine en utilisant n'importe quelle arme disponible (couteau, pierre ou véhicule) contre les citoyens des pays membres de la coalition antijihadistes.
Il a été tué, mardi 30 août, par une frappe aérienne sur la localité d'al-Bab (nord-est d'Alep).
Qui est Abou Mohammed al-Adnani ?
"Le retrait d'al-Adnani du champ de bataille porterait un nouveau coup important à l'EI", a déclaré M. Cook, porte-parole du Pentagone, qualifiant le jihadiste de "principal architecte des opérations extérieures de l'EI et porte-parole en chef de l'EI".
Selon lui, al-Adnani "a coordonné le mouvement des combattants de l'EI, encouragé directement les attaques par des loups solitaires sur des civils et des membres de l'armée, et activement recruté de nouveaux partisans".
Abou Mohammed al-Adnani s'est effectivement illustré en exhortant les partisans de l'EI à passer à l'action dans leur pays d'origine en utilisant n'importe quelle arme disponible contre les ressortissants des pays de la coalition. Cet appel aurait notamment inspiré des attentats en Europe.
Un responsable américain de la Défense a cité à ce sujet plusieurs "opérations importantes" comme les attentats à Paris, à Bruxelles et à l'aéroport d'Istanbul, dans un café au Bangladesh ou encore contre un avion russe dans le Sinaï. Ces attaques ont fait au total, d'après cette source, plus de 1.800 morts et près de 4.000 blessés.
Comment Adnani est-il devenu un des responsables de Daech
Né en 1977 à Saraqeb, dans la province d'Edleb, au nord ouest de la Syrie, il a déménagé en Irak, où il a vécu dans la province d'al-Anbar.
s'était engagé dans le jihadisme au début des années 2000, prêtant allégeance au redouté chef d'Al-Qaïda en Irak (précurseur de l'EI) Abou Moussab al-Zarqaoui. Ce chef jihadiste jordanien avait été éliminé par un raid américain en Irak en 2006.
Le 31 mai 2005, il est capturé par les forces américaines après l'invasion de l'Irak et emprisonné pendant 6 années, au cours desquelles il a utilisé un faux nom, Yasser Khalaf Hussein Nazzal al-Rawi.
Après sa libération en 2011, et sur ordre d'Abou Bakr al-Baghdadi, qui a succédé à Zarkaoui dans la direction d'Al-Qaïda en Irak, il revient en Syrie en compagnie d'Abou Mohammad al-Joulani, Hajji Bakr qui est un ancien officier de l'armée de Saddam Hussein et d'Abou Ali Al-Anbari. Ils fondèrent à eux trois le front al-Nosra, sans déclarer leur affiliation à Baghdadi.
L'idéologue bahreïni de Daech, Turki Benali, lui avait donné le surnom de « catapulte de l'Etat islamique », sachant qu'il était populaire au sein de la milice. Il se fera remarquer en contestant le dirigeant du front al-Nosra, al-Joulani, lorsque celui-ci a décidé de se séparer d'Abou Bakr al-Baghdadi...
Il était aussi connu pour ses critiques acerbes a l'égard du numéro un d'Al-Qaïda, Ayman al-Zawahiri.
Le "ministre des attentats"
Al-Adnani était progressivement devenu un personnage important au sein du groupe jihadiste , au point que les services de renseignement occidentaux avaient tendance à le considérer comme le "ministre des attentats", chargé de motiver des jihadistes isolés et de superviser des campagnes de terreur en Occident.
Dans un message audio diffusé en septembre 2014 par al-Furqan, le principal média de l'EI, il avait appelé à attaquer "les forces de police et de sécurité, les services de renseignement et leurs collaborateurs" en Occident.
Ce même mois de septembre 2014, le gouvernement américain l'avait estampillé "terroriste international" et le département d'Etat avait promis une récompense de 5 millions de dollars pour quiconque fournirait des informations "permettant de le traduire en justice".
Quelques semaines plus tôt, le 29 juin 2014, il avait annoncé dans un enregistrement audio "le rétablissement du califat" par le groupe EI et la désignation de son chef Abou Bakr al-Baghdadi comme "calife".
Moscou et Washington revendiquent tous les deux avoir tué Adnani
Mardi 30 août, le jour même de la mort d'Adnani, un responsable américain a revendiqué la responsabilité de la mort d'Adnani, expliquant qu'il avait été la cible d'une frappe aérienne américaine dans la ville d'al-Bab, au nord-est d'Alep.
Mais le ministère russe de la Défense a également revendiqué l'élimination du chef jihadiste. Il a affirmé, mercredi 31 août, que le porte-parole de l'Etat islamique avait été tué mardi par des frappes aériennes russes, et non américaines, dans le nord de la Syrie.
Selon le ministère, Abou Mohamed al Adnani faisait partie d'un groupe d'une quarantaine de combattants tués mardi par des bombardements russes dans la région de Maarat Oum Hauch, dans la province d'Alep.
Un responsable américain de la Défense a qualifié la revendication russe de "blague" et a précisé que le cher jihadiste avait été tué par une frappe exécutée par un drone Predator américain. Une précision qui correspond aux précisions données par l'Etat Islamique qui a indiqué que Adnani avait été tué avec cinq de ses gardes du corps par un drone au carrefour Qedairan à al-Bab alors qu'il arrivait de Raqqa.
Les Etats-Unis ciblent systématiquement les responsables de l'Etat Islamique
La coalition menée par les Etats-Unis cible systématiquement les responsables de l'Etat Islamique pour tenter de désorganiser l'organisation jihadiste.
Début mai, le colonel américain Steve Warren, un porte-parole militaire de la coalition, indiquait que depuis début 2015, "plus de 40 cibles de haute valeur" de l'EI et d'al-Qaïda en Irak et Syrie avaient été tués.
Le 25 mars 2016, le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a révélé "l'élimination" dans une opération américaine en Syrie d'Abdel Rahmane al-Qadouli, présenté par Washington comme le N.2 de l'EI. Le 6 mai, le chef du groupe jihadiste pour la province irakienne d'Al-Anbar, Abou Wahib, était tué dans un bombardement de la coalition.
En juillet, l'EI avait annoncé la mort d'un de ses commandants influents, Omar al-Shishani dit "Omar le Tchétchène", près de Mossoul en Irak. Le Pentagone a confirmé l'avoir visé, tout en restant prudent sur la réalité de sa mort.
Un succès des services de renseignement
Ces éliminations de hauts dirigeants de l'Etat Islamique signifient que les services de renseignement occidentaux ont réussi à pénétrer l'organisation jihadiste et disposent à présent de renseignements sur la localisation de ces dirigeants.
"L'EI subit maintenant davantage de pression qu'à n'importe quel autre moment de la campagne", s'est félicité mardi matin 30 août le chef des forces américaines au Moyen-Orient, le général Joe Votel, lors d'une conférence de presse. La déclaration avait été faite avant que soit connue la nouvelle de la mort d'Abou Mohammed al-Adnani.
"Nous les obligeons à surveiller de multiples fronts, et ils sont en difficultés face à cette pression", a-t-il dit, qualifiant de "vulnérable" l'organisation jihadiste.
Attention : Les Jihadistes et leurs partisans vont vouloir se venger
Les pays qui participent à la coalition internationale contre l'Etat Islamique doivent s'attendre à d'éventuelles tentatives terroristes destinées à venger la mort d'Abou Mohammed al-Adnani. Daech est en deuil car al-Adnani était extrêmement populaire parmi les partisans de l'Etat islamique. Il aurait sans doute pu succéder à Abou Bakr al-Baghdadi, le calife auto-proclamé si celui-ci avait été éliminé. C'est pourquoi les partisans de Daech sont assurément décidés à le venger. Les grandes villes occidentales doivent donc se préparer à faire face à de nouveaux actes terroristes et à rester sur le pied de guerre.
Les dirigeants de Daech eux-mêmes vont tout faire pour semer le chaos chez leurs adversaires car il s'agit bien d'un terrible revers pour l'organisation islamiste. Il faudra sans doute du temps à l'Etat islamique pour lui trouver un successeur qui ait sa notoriété, mais certainement moins de temps pour venger sa mort.

Jean René Belliard

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents