Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Bachar Ja’fari : des officiers US, israélien et du Golfe essayent de fuir Alep-Est

Publié par Leblancetlenoir sur 22 Décembre 2016, 20:40pm

Catégories : #Syrie, #ALEP, #BACHAR JA'FARI, #NATIONS UNIES, #ETATS UNIS, #ISRAEL

 

 

Conférence de presse de , représentant permanent de la Syrie auprès des Nations Unies, le 19 décembre 2016, suite au Conseil de Sécurité

 

Traduction : http://sayed7asan.blogspot.fr/

 

 

Transcription :

Bachar Ja'fari : Bonjour à tous. Je tiens à faire la déclaration suivante après l'adoption par le Conseil de Sécurité de la résolution 2328 : l'insistance de la France et du Royaume-Uni pour présenter et adopter [à huis-clos] une telle résolution ne constitue qu'un nouvel épisode de la propagande continue contre la Syrie et son combat contre le terrorisme. Nous respectons les résolutions du Conseil de Sécurité, mais nous sommes conscients du but véritable de leurs efforts qui consiste à protéger les terroristes - je vais vous expliquer pourquoi dans un instant - et non le peuple syrien. Surtout après que la situation soit devenue claire et qu'Alep ait été libérée des groupes terroristes.

Je voudrais partager avec vous (cette information) : en ce moment même, les derniers terroristes dans certains districts d'Alep-Est évacuent leurs bastions, et ce soir même, Alep sera nettoyée. Le gouvernement syrien ne s'oppose pas à l'adoption de toute résolution qui respecte le droit humanitaire international, et (garantit) la protection des civils, ou vise à fournir aux civils une assistance médicale ou alimentaire, ou de protéger les installations médicales et éducatives.

Nous précisons cela car le gouvernement syrien, jusqu'à présent, fournit 80% de l'assistance humanitaire apportée à l'ensemble de notre peuple dans toute la Syrie, et en particulier aux civils qui sont toujours - espérons que ce soir, il n'y aura plus de civils - dans certains districts d'Alep-Est. L'ONU ne fait pas son travail correctement. Pour être concret, ces tâches constituent le devoir essentiel du gouvernement syrien envers ses citoyens, et il les a menées à bien durant les cinq dernières années.

Nous nous opposons aux tentatives de certains Etats membres de préparer et soumettre, sous une couverture humanitaire, des résolutions insidieuses formulées en termes vagues et en phrases alambiquées qui ont plus d'une interprétation, avec l'intention d'exploiter ces résolutions dans des objectifs inavouables, à savoir légitimiser l'interférence étrangère et le renversement par la force d'un gouvernement légitime, ou même l'emploi de la force militaire. Ce genre de résolutions peut avoir beaucoup d'objectifs autres que les visées humanitaires annoncées. Nous nous souvenons tous de ce qu'ils ont fait à l'Irak, à la Libye et à d'autres pays, et (toujours) sous la couverture d'objectifs humanitaires. En Libye, ils voulaient (censément) protéger les civils : ils ont entièrement détruit le pays et transformé la Libye en plaque tournante internationale du terrorisme. L'Irak... il est inutile d'en parler.

Le gouvernement syrien, dans le cadre de son action humanitaire, a accueilli plus de 100 000 civils venus des districts d'Alep-Est entre le 26 novembre et le 14 décembre. De plus, le gouvernement a répondu à tous les besoins de ces civils, y compris l'assistance médicale. Il est nécessaire de souligner que le gouvernement syrien a fourni 80%, comme je l'ai dit, de la nourriture et de l'assistance d'urgence à ces familles, tandis que les organisations des Nations Unies n'en ont fourni que 20%, à peine 20%. Le gouvernement syrien exige à cet égard que les agences des Nations Unies jouent leur rôle et aident les habitants syriens d'Alep. Qu'ils les aident par des actes, et non par des paroles.

Le gouvernement syrien a accepté d'évacuer les groupes armés illégaux et leurs familles d'Alep. De nombreuses personnes appartenant aux prétendues familles des terroristes ont quitté les bus qui les transportaient vers l'extérieur d'Alep pour rejoindre l'Armée Arabe de la République de Syrie et les zones contrôlées par le gouvernement. De nombreux membres de leurs propres familles ont décidé d'eux-mêmes de quitter les bus et les ont quittés, et nous avons les images, les vidéos, Youtube, Whatsapp, tout ce que vous voulez, ce qui prouve et corrobore ce dont nous parlons. Cela est très révélateur, Mesdames, Messieurs.

Cependant, les groupes terroristes armés ont à maintes reprises violé les termes de cet accord, en essayant d'emmener un certain nombre de prisonniers et de dépouilles de martyrs (de l'Armée syrienne) avec eux, ou de partir avec leurs armes à moyenne portée. Selon l'accord conclu avec eux, les terroristes devaient quitter leurs bastions en emportant seulement leurs armes légères, et sans emmener aucun otage avec eux, aucun corps de martyr. Ils n'ont pas respecté ces clauses de l'accord et ont emporté leurs armes à moyenne portée et de nombreux soldats et civils syriens kidnappés avec eux, ainsi qu'un grand nombre de dépouilles de martyrs. Telle est la raison pour laquelle toute l'opération a été arrêtée hier.

Malgré tout cela, le gouvernement syrien reste prêt à évacuer les groupes armés illégaux restants, dans les dernières poches terroristes d'Alep-Est, et il a préparé hier un convoi pour évacuer 3750 terroristes et leurs familles.

Malheureusement, certains Etats membres du Conseil de Sécurité et les médias dominants continuent à défendre et à soutenir l'opposition syrienne armée génétiquement modifiée, qui est par définition modérée, tout en fermant les yeux sur leurs crimes, comme l'incendie des bus d'évacuation hier. J'imagine que vous êtes au courant. Les médias vous ont dit que les terroristes n'ont brûlé que 5 bus. Non, ce n'est pas vrai. Ils ont brûlé 25 bus, et ont pris leurs chauffeurs en otages. Et ils en ont tué 3. Et ils ont utilisé une fillette de 7 ans pour commettre un attentat suicide. 7 ans. Une fillette kamikaze. Contre un poste de police à Damas il y a deux jours. J'imagine que vous êtes aussi au courant de cela. Mais la France et d'autres pays membres, et le Conseil lui-même, n'ont pas prononcé le moindre mot de condamnation contre ces attaques terroristes contre les bus d'évacuation qui devaient évacuer les malades et les blessés de Kafraya et Alfou'a. Ils n'ont pas dit un seul mot sur cette fillette de 7 ans envoyée commettre un attentat-suicide, activé par télécommande depuis l'extérieur du poste de police. Ces Messieurs à l'intérieur n'ont pas pu trouver le temps pour émettre une condamnation.

Bien que nous soyons convaincus que certains Etats membres du Conseil de Sécurité cherchent à sauver leurs terroristes modérés de leur sort, nous considérons l'adoption de cette résolution comme un test légal et moral pour ces pays, comme une chance qui leur est donnée, si vous voulez, de prouver leurs bonnes intentions, pour autant qu'ils en aient la moindre, et leur véritable intérêt à répondre aux besoins humanitaires du peuple syrien, sans aucun agenda caché hostile et agressif à l'encontre du gouvernement et du peuple syriens.

Je voudrais enfin partager avec vous cette information : les autorités syriennes compétentes ont obtenu des informations selon lesquelles de nombreux officiers étrangers des services de renseignements et de l'armée qui se trouvent à Alep-Est avec les groupes terroristes essayent de quitter leurs bastions et Alep-Est.
Je vais vous révéler leurs noms et nationalités :

Mutaz Oglakan Oğlu, turc.
David Scott Winer, américain.
David Schlomo Aram, israélien.
Muhammad Cheikh al-Islam al-Tamimi, qatari.
Muhammad Ahmad al-Sibyan, saoudien.
Abd al-Mun'im Fahd Lahrej, saoudien.
Ahmad b. Nawfal Ladrij, saoudien.
Muhammad Hassan al-Subayi, saoudien.
Qasim Sa'd al-Chumri, saoudien.
Ayman Qasim al-Tha'labi, saoudien.

Amjad Qasim al-Tirawi, jordanien.
Muhammad al-Chafi'i al-Idrisi, marocain.

Ces individus appartenant à "l'opposition syrienne modérée", qui sont de nationalités étrangères, essaient de s'échapper d'Alep-Est avec les terroristes, et c'est la raison pour laquelle vous avez vu ce mouvement hystérique vers le Conseil de Sécurité depuis 3 jours. Car l'objectif principal est de sauver ces terroristes étrangers, officiers des services de renseignements, de la part de ces pays mêmes qui ont poussé à l'adoption de la résolution, pour les faire sortir d'Alep.

Journaliste : Monsieur l'ambassadeur, l'ONU déclare, au plus haut niveau, que votre gouvernement ne permet pas l'acheminement d'aide humanitaire en Syrie, mais vous affirmez que l'ONU ne joue pas son rôle pour acheminer cette aide humanitaire. Je n'ai que deux petites questions, Monsieur l'ambassadeur. Premièrement, allez-vous pleinement appliquer cette résolution en Syrie, et deuxièmement, allez-vous permettre l'acheminement de l'aide humanitaire de l'ONU à Alep et aux autres parties de la Syrie. Merci.

Bachar Ja'fari : La résolution que nous venons d'adopter au Conseil a été appliquée par le gouvernement syrien depuis 5 ans. Ce n'est donc pas quelque chose de nouveau pour nous. Au contraire, nous accueillons volontiers les bonnes intentions (pour autant qu'elles existent) derrière l'adoption de cette résolution. C'est-à-dire que nous aimerions voir des partenaires sincères à nos côtés pour appliquer cette résolution, car jusque-là, nous avons toujours eu un "aller simple" dans le déploiement de l'assistance humanitaire en Syrie. Ca a toujours été le gouvernement syrien qui fournissait 80% de l'assistance totale. Il est donc temps pour ceux qui prétendent avoir de bonnes intentions à l'égard du peuple syrien de partager ces fardeaux humanitaires avec le gouvernement syrien. Nous ne sommes pas attristés par cette résolution, car cela va dans le sens de nos efforts quotidiens.

Journaliste : Monsieur l'ambassadeur, deux petites questions. Dans les prochaines 24 heures, votre gouvernement permettra-t-il aux observateurs de l'ONU d'accéder à Alep-Est ? Et votre gouvernement garantit-il la sécurité des observateurs de l'ONU à Alep ?

Bachar Ja'fari : Attendez, attendez, vous lisez mal la carte, mon ami. Vous lisez mal la carte, et vous n'avez pas lu la résolution, ou vous ne suivez pas correctement les événements.

Bachar Ja'fari : Est-ce que nous allons implémenter la résolution, est-ce votre question ?

Journaliste : Oui. Allez-vous laisser les observateurs accéder à Alep ?

Bachar Ja'fari : Très bien. Excellent. Nous parlons d'observateurs qui sont déjà sur place, nous ne parlons pas d'observateurs qui vont venir de Mars ou Jupiter. La résolution parle des observateurs qui sont déjà sur place. Le Comité International de la Croix-Rouge (CICR), la Croix-Rouge syrienne, le Bureau de Coordination des Affaires Humanitaires (OCHA), les Nations Unies, toutes ces organisations sont déjà sur place. Personne d'autre ne viendra en plus de ceux qui sont déjà présents. Il n'est nullement question de former ou d'établir une nouvelle force venant de l'extérieur pour remplacer ceux qui sont sur place. La résolution mentionne l'ONU, l'ICRC, la Croix-Rouge syrienne comme les organisations devant superviser et appliquer cette résolution. Elles sont (déjà) là-bas ! Elles appliquent cette résolution depuis des années.

Journaliste : Est-ce que votre gouvernement garantit leur sécurité ?

Bachar Ja'fari : Cela fait 6 ans que nous garantissons la sécurité des personnels de l'ONU. 6 ans ! Et aucun des personnels de l'ONU n'a été tué, blessé ou enlevé. Pour votre information, cher Monsieur. Et cela nous a coûté très cher car beaucoup de nos officiers et de nos travailleurs humanitaires ont été tués pour cela.

Journaliste : Selon votre gouvernement, qui est responsable de l'incendie des bus à Al-Foua et Kafraya ? Quels groupes ?

Bachar Ja'fari : Le groupe qui a brûlé les bus s'appelle Saraya al-Tawhid. Saraya al-Tawhid, qui fait partie d'Al-Qaïda, et Jaysh al-Fatah, affilié aux services de renseignement turcs.

Journaliste : Des gens ont-ils pu quitter ces deux localités ? Quel est le statut des civils à Al-Foua et Kafraya ?

Bachar Ja'fari : Ils ont tué 3 chauffeurs, kidnappé les 22 chauffeurs restants, brûlé 25 bus. Ils ont bien sûr empêché l'évacuation des blessés de Kafraya et Al-Foua. Mais aujourd'hui, nous sommes parvenus à évacuer des centaines de ces blessés de Kafraya et Al-Foua.

Journaliste : Monsieur l'ambassadeur, vous avez donné ces noms et ces nationalités (d'officiers étrangers), que comptez-vous faire d'eux ? Allez-vous les laisser partir allez-vous les arrêter ? Car vous avez manifestement toutes les informations, et vous contrôlez la zone et le terrain Qu'allez-vous donc faire ?

Bachar Ja'fari : Nous allons les capturer, mon ami, et vous les montrer.

Journaliste : Seulement eux, ou également d'autres combattants ?

Bachar Ja'fari : Je parle des officiers de renseignement étrangers dont j'ai mentionné les noms il y a quelques minutes. Vous voulez les voir ? On va vous les montrer.

Journaliste : Monsieur l'ambassadeur, les bus qui ont supposément été brûlés à Alep-Est...

Bachar Ja'fari : Ils n'ont pas été "supposément" brûlés. N'avez vous pas vu les photos ?

Journaliste : Je dis "supposément" car ils n'ont pas été brûlés par ceux que vous prétendez (coupables) de l'incendie. Certaines personnes disent qu'ils ont été brûlés par des combattants étrangers comme le Hezbollah...

Bachar Ja'fari : Oubliez ces prétendues personnes, j'ai le film de l'incendie des bus, avec le leader du mouvement qui a brûlé ces bus criant "Allahu akbar" et s'identifiant, nous avons leur déclaration à ce propos... Voyons, mon ami, voyons. Laissez-moi respirer. Laissez-moi respirer, s'il vous plaît.

Journaliste : Monsieur l'ambassadeur, vous avez donné toute une liste de noms d'individus qui sont selon vous...

Bachar Ja'fari : Des gens très bien, oui.

Journaliste : ... des agents de renseignement originaires de...

Bachar Ja'fari : Non non, ils font partie de l'opposition syrienne modérée.

Journaliste : Oui.

Bachar Ja'fari : Génétiquement modifiés.

Journaliste : Sont-ils toujours à Alep-Est ?

Bachar Ja'fari : Oui.

Journaliste : Ils sont toujours là-bas ?

Bachar Ja'fari : Oui. Et c'est pourquoi vous avez vu ce mouvement hystérique (à l'ONU) durant le week-end par la France, le Royaume-Uni et les Américains, car ils veulent garantir leur sortie d'Alep-Est en sécurité.

Journaliste : Monsieur l'ambassadeur, comment avez-vous pu obtenir leurs noms ?

Bachar Ja'fari : Nous n'avons pas de services de renseignements efficaces. Merci infiniment

 

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/bachar-ja-fari-des-officiers-us-187754?utm_source=feedburner&utm_medium=email&utm_campaign=Feed%3A+agoravox%2FgEOF+%28AgoraVox+-+le+journal+citoyen%29

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents