Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Comment l’Allemagne a stérilisé ses concurrents avec l’euro

Publié par Leblancetlenoir sur 10 Mars 2017, 21:22pm

Catégories : #EUROPE, #ALLEMAGNE, #EQUATEUR, #FRANCE, #ECONOMIE

 

 

L’INSEE sort une étude tout à fait passionnante sur l’industrie manufacturière en Europe depuis 1995. Elle montre comment l’euro a permis à l’Allemagne de stériliser ses concurrents industriels en Europe.

L’industrie manufacturière en Europe de 1995 à 2015

Sa part dans l’économie recule, sauf en Allemagne

Élisabeth Rignols, division Industrie et agriculture, Insee

De 1995 à 2015, dans l’ensemble de l’Union européenne, la valeur ajoutée de l’industrie manufacturière a augmenté de 61 % en valeur. Mais sa part dans l’ensemble de l’économie a reculé, de 19,6 % à 15,9 %. Elle a baissé au Royaume-Uni, en Italie, en France et en Espagne ; en revanche, elle est restée stable en Allemagne.

En France, le repli est principalement dû à celui des prix relatifs manufacturiers, permis par des gains de productivité élevés et plus rapides dans l’industrie manufacturière que dans le reste de l’économie. Dans les quatre autres pays, l’impact de ces gains de productivité est moins marqué. Au Royaume-Uni et en Espagne, la baisse du poids de l’industrie est surtout due à celle des volumes, alors qu’en Italie, les effets « prix » et « volume » se conjuguent. Jouent aussi pour ces pays, comme pour la France, la concurrence étrangère et le développement des services.

En Allemagne, en revanche, l’industrie manufacturière est soutenue par ses exportations et la structure de la demande intérieure est moins modifiée en faveur des services.

En 2015, la valeur ajoutée de la branche de l’industrie manufacturière s’élève à 2 094 milliards d’euros dans l’ensemble de l’Union européenne (UE) et à 1 588 milliards d’euros dans la zone euro. Depuis 1995, elle a augmenté en valeur de 2,4 % en moyenne par an dans l’UE et de 2,2 % dans la zone euro. Parallèlement, celle de l’ensemble de l’économie a crû plus rapidement : respectivement + 3,5 % et + 3,0 % en moyenne annuelle. Ainsi, le poids de l’industrie manufacturière a baissé, de 19,6 % en 1995 à 15,9 % en 2015 pour l’ensemble de l’UE et de 19,9 % à 16,9 % pour la zone euro (figure 1).

Ces reculs s’expliquent principalement par un « effet prix » et, dans une moindre mesure, par un « effet volume ». En moyenne annuelle entre 1995 et 2015, les prix de la valeur ajoutée s’accroissent en effet plus modérément dans l’industrie manufacturière (+ 0,8 % dans l’ensemble de l’UE) que dans l’ensemble de l’économie (+ 1,8 %) (respectivement + 0,6 % et + 1,5 % pour la zone euro). Les évolutions de la valeur ajoutée en volume sont plus resserrées : + 1,6 % et + 1,7 % pour l’ensemble de l’UE, + 1,6 % et + 1,5 % pour la zone euro.

En 2015, la valeur ajoutée de la branche de l’industrie manufacturière s’élève à 2 094 milliards d’euros dans l’ensemble de l’Union européenne (UE) et à 1 588 milliards d’euros dans la zone euro. Depuis 1995, elle a augmenté en valeur de 2,4 % en moyenne par an dans l’UE et de 2,2 % dans la zone euro. Parallèlement, celle de l’ensemble de l’économie a crû plus rapidement : respectivement + 3,5 % et + 3,0 % en moyenne annuelle. Ainsi, le poids de l’industrie manufacturière a baissé, de 19,6 % en 1995 à 15,9 % en 2015 pour l’ensemble de l’UE et de 19,9 % à 16,9 % pour la zone euro (figure 1).

Ces reculs s’expliquent principalement par un « effet prix » et, dans une moindre mesure, par un « effet volume ». En moyenne annuelle entre 1995 et 2015, les prix de la valeur ajoutée s’accroissent en effet plus modérément dans l’industrie manufacturière (+ 0,8 % dans l’ensemble de l’UE) que dans l’ensemble de l’économie (+ 1,8 %) (respectivement + 0,6 % et + 1,5 % pour la zone euro). Les évolutions de la valeur ajoutée en volume sont plus resserrées : + 1,6 % et + 1,7 % pour l’ensemble de l’UE, + 1,6 % et + 1,5 % pour la zone euro.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents