Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

LE BLANC ET LE NOIR

LE BLANC ET LE NOIR

Dans la vie rien n'est jamais tout blanc ou tout noir. Ni droite / Ni gauche / Ni extrémismes mais résolument Contre le Système totalitaire marchand


Présidentielle 2017 : choisirez-vous un candidat belliciste ?

Publié par Leblancetlenoir sur 9 Avril 2017, 09:08am

Catégories : #Syrie, #IRAK, #ETATS UNIS, #IMPERIALISME AMERICAIN, #POLITIQUE FRANCE, #PRESIDENTIELLE

 

 

 

 

Toute personne douée d’un minimum de réflexion et d’honnêteté intellectuelle n’est pas dupe du dernier coup monté par les États-Unis pour justifier leur violente frappe aérienne sur la base syrienne d’Al-Chaayrate faisant plusieurs victimes civiles. À noter que les Américains vengent les soi-disant victimes civiles du régime de Bachar El Assad en… faisant de nouvelles victimes civiles !

Les Américains sont coutumiers de ce genre de manipulations grotesques(1) puisqu’ils peuvent s’appuyer sur les relais médiatiques et politiques soumis dans l’ensemble de l’Occident. La manière dont ces relais réagissent à cette manipulation révèle leur degré de soumission à l’empire américain. Puisque nous sommes en campagne électorale, les candidats ont dû se mouiller un peu et afficher leur degré de vassalité.

Le candidat hors-concours, François Hollande, se jette en premier sous les fourches caudines en invoquant la « responsabilité du président syrien » dans ce bombardement américain alors qu’il SAIT pertinemment que les Américains ont monté seuls cette opération.

Les candidats de gauche Benoît Hamon et Emmanuel Macron se sont montrés les plus zélés. Le premier reprenant mot pour mot le communiqué de François Hollande, tandis que le second s’est prononcé en faveur d’« une action coordonnée sur le plan international en représailles au régime de Bachar El Assad, ajoutant : le peuple syrien a un ennemi : Bachar El Assad ».

Le candidat de la gauche « insoumise », Jean-Luc Mélenchon, condamne à la fois le couple Hollande-Merkel et le président américain :

Force est de reconnaître que l’insoumission vient plutôt des candidats dits de droite. La droite policée de François Fillon envoie un message policé. Il a le courage de dire que nul ne sait qui a donné l’ordre d’user d’armes chimiques en Syrie tout en soutenant l’action américaine : « Cette riposte américaine, que l’on peut comprendre au vu de l’horreur des attaques chimiques, ne doit pas conduire à une confrontation directe des forces occidentales avec celles de la Russie et de l’Iran ». À son habitude François Fillon ménage la chèvre et le chou.

L’insoumission aux velléités guerrières des États-Unis émane des candidats dits souverainistes. Même si Marine Le Pen eut le courage, en son temps, de soutenir la candidature de Donald Trump, elle n’hésite pas à se dire étonnée de l’attitude actuelle du président américain : «  Je suis un peu étonnée, parce que Trump avait indiqué à plusieurs reprises qu’il n’entendait plus faire des États-Unis le gendarme du monde, et c’est exactement ce qu’il a fait ». Elle a également le courage d’émettre des doutes sur l’usage d’armes chimiques par le régime syrien : « Est-ce qu’on peut avoir les résultats d’une enquête internationale indépendante avant d’opérer ce genre de frappe ? »

Nicolas Dupont-Aignan est lui aussi très explicite et très sensé : « Donald Trump n’est même pas passé par l’ONU. Moi, je demande une vraie enquête, je veux être sûr qu’on n’est pas dans une manipulation à l’irakienne. Je ne vois pas pourquoi Bachar  El Assad aurait la folie d’utiliser des gaz alors qu’il vient de stabiliser son pays. Ça m’interroge. J’ai un doute. »

François Asselineau s’est toujours explicitement exprimé contre l’impérialisme américain et pour la sortie de notre pays de l’OTAN. Il avait là une bonne occasion de s’exprimer.

Appuyés par un budget militaire colossal, qui à lui seul pèse quasiment autant que ceux additionnés de tous les autres pays de la planète, les États-Unis cherchent à allumer la mèche de la troisième guerre mondiale. Cette option n’est pas irréversible. Le président Trump qui voulait abandonner les propensions impérialistes et bellicistes des États-Unis, s’est bien fait recadrer par l’État profond et le complexe militaro-industriel. Tout le monde aura noté que le « méchant » Trump est soudainement devenu « gentil » dans les médias dès lors qu’il a lancé ses tomahawks sur la Syrie. Pour le Système, les « gentils » sont ceux qui veulent la guerre.

Et vous, le dimanche 23 avril, voterez-vous pour un candidat qui veut la guerre américaine ou pour un candidat qui pense que la troisième guerre mondiale peut encore être évitée ?

Georges Gourdin

(1) Notre illustration à la une : Colin Powell, alors secrétaire d’État, prononçait en 2003 un discours à l’ONU attestant des preuves irréfutables d’utilisation d’armes de destruction massive par Saddam Hussein. Il avouera plus tard qu’il s’agissait d’un montage de la CIA en vue de destituer le président irakien. De manière lucide ou pas, Nikki Haley, représentante des États-Unis à l’ONU, rejoue aujourd’hui la même histoire.

 

 

http://www.nice-provence.info/blog/2017/04/08/presidentielle-2017-choisirez-vous-candidat-belliciste/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents